Blog

Eritaña

Au début du XXe siècle, l’auberge d’Eritaña, au centre de la vie sociale sévillane, est un fameux lieu de vie nocturne, de chants et de danse. Les toreros et aficionados s’y arrêtent aussi pour admirer les taureaux de combat, avant de se rendre à la plaça de toros, la Maestranza, située non loin de là.

C’est avec une pièce plein de verve et de fantaisie qu’Albeniz conclut Iberia dans la joie, aux accords et aux rythmes de sevillanas.

Jerez

Jerez est non seulement le morceau le plus long d’ Iberia, mais aussi le plus nocturne et envoûtant. Le plus beau du cycle peut-être.

Jerez commence comme une romance du siècle d’or, mélodie calme sur un mode phrygien, accompagnée d’accords de vihuela. La musique s’anime bientôt et devient flamenco : soleas por bulerias.

Jerez, patrie de la fiesta por bulerias et des grands chanteurs gitans comme Manuel Soto Sordera ou Terremoto de Jerez, est aujourd’hui une ville paisible et calme. Une ville qui dort, comme dorment dans leurs caves les bons vins de fino et de manzanilla.

Malaga

Situé entre les célèbres pièces du troisième livre et les deux chefs d’oeuvre de la fin, Malaga est, pour cette raison, probablement le morceau le moins connu du cycle et sûrement le moins commenté.

Après les longs développements de Lavapiès et d’El Albaïcin, Albeniz revient à un format proche de Triana ou El puerto, plus court. Mais le ton a changé, l’ambiance est toute différente. Plus intérieure.

Lavapiés

Quartier populaire, haut en couleurs et peuplé de personnages insolites, Lavapiés est une sorte de Montmartre madrilène. Ce lieu pittoresque inspira même une zarzuela Le petit barbier de Lavapiés en 1874, et resta longtemps un quartier cosmopolite et bohème. Lavapiés – littéralement “lave les pieds” doit son nom aux ablutions que pratiquaient autrefois les fidèles dans la fontaine située sur l’ancienne place du village avant d’entrer au temple.

El Polo

“El Polo est une chanson et danse andalouses, et n’a rien à voir avec le sport qui porte le même nom”, prévient Albeniz (cette mention en bas du manuscrit a malheureusement disparu à la première édition). Pourtant, une fois éliminée l’association sportive (sic) et rétablie celle avec le genre musical traditionnel, il demeure que la pièce El Polo d’Iberia échape également au style flamenco auquel elle est censée se rapporter. On est en présence d’une vraie-fausse musique de genre.

El Albaicin

Ce morceau, le plus célèbre d’Iberia, ouvre le troisième Cahier composé en 1907. À l‘époque, El Albaicin était le quartier gitan de Grenade. De belles maisons entourées de jardins se tiennent là sur une pente face à la célèbre citadelle maure, l’Alhambra, que l’on voit dans toute sa majesté, de l’autre côté de la rivière, depuis le mirador de Saint-Nicolas. Un peu plus loin, les ruelles d’El Albaicin se prolongent jusqu’au Sacromonte, la colline sacrée des gitans.

Triana

Parmi les plus brillants et virtuoses du cycle, Triana est réputé pour être l’un des morceaux les plus difficiles de tout le répertoire de piano. En effet la lecture de la partition est impressionnante : grappes de notes, guirlandes, fusées, arabesques ; un fouillis dans lequel un chat ne retrouverait pas ses petits, où l’on distingue avec peine une mélodie ou un motif d’accompagnement.

Almeria

Almeria n’est pas la pièce la plus connue du cycle Iberia. Sa longueur même – presque dix minutes – en fait un morceau moins accessible que d’autres. C’est une musique qui ne se livre pas facilement.

Rondeña

C’est avec Rondeña que débute le deuxième Cahier d’ Iberia, composé en 1906, dont les trois morceaux ont été ici adaptés à la guitare dans leur tonalité originale.

Le titre Rondeña évoque un style de Flamenco originaire de la ville de Ronda dans la province de Malaga, très populaire au XIXe siècle. La Rondeña partage avec les Tarantas et Mineras, autre “palos” de l’est et du nord de l’Andalousie, un tempo libre et souple ainsi qu’un mélisme richement orné.

Work in progress

Dans le cadre du centenaire d’Isaac Albeniz (1860-1909), le projet IBERIAlbeniz développe tous les aspects d’une interprétation contemporaine et vivante du chef d’œuvre Iberia.

Projet de transcription et d’édition d’une partition, IBERIAlbeniz met à disposition de la communauté des guitaristes, pour la première fois, une intégrale d’Iberia adaptée pour deux guitares.

Syndiquer le contenu